Le député décapitéLe député décapité (2014), de Claude Forand -  polar pour adolescents

Le corps de Marc-André Plamondon, un député qui jouit d’une grande popularité, est retrouvé sauvagement assassiné dans une chambre d’hôtel, le soir même de la fondation de son nouveau parti politique. C’est bien sûr Dubuc qui est chargé de l’enquête, accompagné de son fidèle comparse Lulu. Entre corruption et argent sale, ils auront besoin de toute leur ténacité pour faire émerger la vérité. Mais pourquoi diable Dubuc a-t‑il l’impression que le mauvais sort s’acharne sur lui et qu’on ramène dans sa vie des fantômes du passé ?

Après avoir traqué un fanatique religieux (Ainsi parle le Saigneur) puis enquêté sur un meurtre survenu dans un étrange monastère (Un moine trop bavard), Dubuc est cette fois entraîné dans une folle aventure politico-policière.

« À l’image de son sergent-détective, le romancier est ici un fin limier de la nature humaine. » Paul-François Sylvestre, L’Express de Toronto, semaine du 18 au 24 novembre 2014

« Polar superbement bien tricoté, je vous l’avoue. Je me suis délecté à lire Le député décapité de Claude Forand. » Jean-Paul Moreau, Culture géniale, UniqueFM 94,5, 12 octobre 2014

Un moine trop bavard

Un moine trop bavard (2011) de Claude Forand, polar pour adolescentsPrix du livre jeunesse Trillium 2013

L’intrigue se déroule dans la petite communauté du monastère du Précieux-Sang, située à Chesterville. Le frère Adrien est retrouvé mort dans la grange, un crucifix enfoncé dans la gorge. Un meurtre que va tenter de résoudre Dubuc. Mais une enquête à Chesterville n’est jamais simple, et celle-là n’échappe pas à la règle. Au fil de l’enquête, les pistes se multiplient dans un monastère où l’adage « l’habit ne fait pas le moine » prend tout son sens.

Un moine trop bavard est une aventure teintée d’humour et de finesse qui saura plaire aux jeunes et aux moins jeunes, car il est en mesure de combler tous les amateurs d’intrigues à suspense bien ficelées.

« Parfait du début à la fin, ce roman policier va vous tenir en haleine jusqu’à la dernière page. » Marie-Pierre Laëns, « Nos libraires s’emballent », librairie Pantoute

« Claude Forand n’en est pas à ses premières armes en matière de romans policiers et son dernier-né est réussi. On s’attache d’emblée au sergent Dubuc qui n’est ni un superflic ni un détective de génie, mais simplement un enquêteur tout ce qu’il y a de plus humain qui tente de faire son boulot en donnant un sens nouveau à sa vie personnelle. » Rhéa Dufresne, Lurelu, Vol. 35, n° 1, printemps-été 2012

Ainsi parle le Saigneur

Prix des lecteurs 15-18 ans Radio-Canada et Centre FORA 2008

Ainsi parle le Saigneur (2006) de Claude Forand, polar pour adolescentsÀ Chesterville, deux adolescents meurent dans des conditions étranges suite à l’incendie de leur voiture. Un fanatique religieux se nommant lui-même le Saigneur implore le journal local : « Arrêtez-moi, avant que je recommence ». Une supplication qui devient de plus en plus pressante à mesure que le Saigneur continue de sévir. Face à ce tueur fou, Dubuc se dresse pour tenter d’éviter un sacrifice ultime annoncé et qui ne saurait tarder.

Une véritable partie d’échecs qui se joue entre un tueur en série et la police régionale. Intrigue menée à fond de train, suspense soutenu, les fausses pistes et les cadavres s’accumulent.

« Claude Forand manie remarquablement bien l’art du dialogue et sait cadencer les rebondissements de son histoire tout en évitant les écueils usuels. À lire si vous êtes amateur du genre. » Suzanne Desjardins, Nuit blanche, le magazine du livre, n°106, printemps 2007

« Claude Forand vous garde en haleine de la première à la dernière page, sans compter que l’écriture est tantôt saccadée, tantôt colorée, toujours soignée. » Paul-François Sylvestre, L’Express de Toronto, semaine du 13 au 19 juin 2006