LE ROMAN POLICIER

Le roman policier, aussi appelé polar, est un genre très codifié. Le schéma de départ est simple : il s’agit de faire la lumière sur un événement mystérieux qui se produit au début du roman et qui peut être un vol, un meurtre, un enlèvement, une disparition… Un détective, qu’il soit de la police ou qu’il agisse pour son propre compte, mène l’enquête qui le mènera à la vérité. L’écriture d’un roman policier est très exigeante : la structure doit être soigneusement construite, les indices et le suspense savamment dosés au fil des pages, l’intrigue parfaitement élaborée.

On peut distinguer six éléments récurrents :
– le crime ou délit ;
– la victime ;
– le coupable ;
– le mobile ;
– le mode opératoire ;
– l’enquête.

Mais malgré ce schéma presque toujours identique, il existe une très grande variété de romans policiers. En effet, les sous-genres sont nombreux. Voici les plus répandus :

– Le thriller, souvent dur ou violent, met le personnage dans une situation de danger tout au long du récit. Une menace plane sur lui et la tension est très forte car il faut contrer cette menace avant qu’il ne soit trop tard. Il s’agit souvent d’un compte à rebours enclenché contre la mort.

– Le roman noir prend place dans un contexte social particulier, qu’il dénonce généralement. Il peut être assez sombre. L’action peut se passer, par exemple, aux États-Unis dans les années 1920, dans un contexte de crime organisé.

– Le roman d’énigme accorde beaucoup d’importance aux rouages de l’enquête, aux indices, et à la façon d’élucider le crime. Le lecteur en sait généralement autant que le détective et découvre les indices en même temps que lui. À lui d’être plus malin que l’enquêteur et de trouver la solution avant la fin du livre !

Le roman policier n’est pas un genre exclusif, mais il permet au contraire des incursions dans tous les autres genres, comme le roman historique ou la science-fiction. Cette faculté qu’il a de se marier avec d’autres genres le conduit à se renouveler constamment.

Parmi les grands noms du roman policier, on peut citer notamment Edgar Allan Poe qui est l’un des précurseurs du genre, à travers des nouvelles telles que le célèbre Double Assassinat dans la rue Morgue (1841). Le polar se développe ensuite durant la seconde moitié du XIXᵉ siècle, et se nourrit notamment des nombreux faits divers relayés par une presse en pleine expansion. En 1887, Arthur Conan Doyle crée le fameux Sherlock Holmes accompagné du Docteur Watson, ce qui rendra célèbre la figure du détective au flair infaillible accompagné de son ami dévoué, qu’on retrouve dans les personnes de Roméo Dubuc et de son ami Lucien Langlois. Par la suite, Agatha Christie crée une nouvelle figure emblématique, l’inimitable Hercule Poirot, ainsi qu’une deuxième, un peu moins connue, la rusée Miss Marple.

De nombreux autres auteurs explorent le roman policier depuis lors, et contribuent à nourrir un genre pour lequel l’enthousiasme ne semble pas devoir faiblir.

Références :

  • Dictionnaire des littératures policières, sous la direction de Claude Mesplède (Joseph K, 2007)
  • Le Roman policier, André Vanoncini (PUF, coll. Que sais-je ?, 2003)
  • « Le Roman policier », Albert Dubeux (La Revue des Deux Mondes, n° 16, 15 août 1959)